[ enseignes ] Mobilier de France lance son Académie pour former ses futurs vendeurs-conseil

Lundi 28 novembre 2022, Mobilier de France a ouvert sa première école de formation, baptisée "Mobilier de France Académie", avec son partenaire Batiformation. La rédaction d’Univers Habitat était sur place.

Texte : Anthony Thiriet ▪ Photos : Anthony Thiriet et Laurent Dollez6

publié le Mardi 29 Novembre 2022

Précédente Suivante

C’est à Créteil, au siège et showroom du groupe, qu’a démarré la première session de la "Mobilier de France Académie", le 28 novembre. Pendant 9 mois, 11 candidats alterneront entre des cours théoriques et l’immersion en magasins, avec à la clé un Certificat de Qualification Professionnelle : le CQP "Vendeur-conseil en équipement du foyer", porté par la FNAEM et lancé par l’État durant l'été 2021. Chaque candidat a son propre tuteur, les 11 professionnels concernés étant eux aussi formés pour accompagner au mieux ces apprenants. L’objectif affiché est de développer leurs compétences et de les préparer à être les futurs (et excellents) vendeurs du réseau Mobilier de France.

Préparer les vendeurs... et les responsables de demain
« Ce projet est né d’un besoin : trouver des jeunes », a précisé Michel Kergonnan, directeur de l’enseigne Mobilier de France, qui a mené à bien ce projet avec Batiformation. « Les vendeurs que nous formons aujourd’hui sont les responsables de magasins de demain ! » a-t-il lancé, avant d’inciter les jeunes à « relever le défi d’évoluer dans ce beau métier ».
Pour Patrice Boccara, directeur général du Groupement Mobilier de France, il est aussi question d’évolutions : « Trop de professionnels pensent tout savoir sur tout, ont d’anciennes habitudes, ne s’ouvrent pas aux nouvelles réalités du marché et de la société... Nous sommes dans la nécessité de former sur la nouvelle vision de l’ameublement », a-t-il confié à Univers Habitat. Et le dg d'ajouter : « Ce sang neuf ira autant sur notre site web que les consommateurs, et sera ravi d’utiliser les nouveaux outils que nous déployons ! »
Le premier objectif est donc de "sourcer" les jeunes pour créer un "vivier" de talents pour l’entreprise. « Nous devons attirer les jeunes, leur donner envie de rejoindre la profession de vendeur et l’univers de l’ameublement, et de transmettre notre passion aux consommateurs », a insisté Patrice Boccara, rappelant que ce type de poste permettait de bien gagner sa vie.

Leur faire gagner 2 à 3 ans d’expériences professionnelles
Concrètement, les jeunes suivront 40 jours de formation avec le siège, et le reste du temps sur le terrain. « Nous essayons de faire le plus de choses possible pendant les 4 premières semaines d’insertion », explique Claude Pras, formateur chez Batiformation, qui travaille sur ce projet de CQP avec Michel Kergonnam. Il évoque 2 raisons-clés : « Ces apprentis ne manquent pas encore aux magasins, qu'ils n'ont pas encore intégrés. Et nous considérons qu’ils doivent être opérationnels pour conseiller les clients, qui ne seront pas plus indulgents qu’avec d’autres vendeurs. » Les jeunes continuent bien sûr à affiner leurs méthodes tout au long de leur formation, et d'autres journées sont ensuite prévues avec le siège, soit à Créteil soit à distance.
Si cette formation a pour objectif d'apporter des bases aux jeunes, elle semble bien plus utile que cela : « Elle leur permet de gagner 2 à 3 ans d’expériences professionnelles. C’est une vraie force d’entrée dans leur carrière ! » pense Claude Pras.

Leur faire gagner 2 à 3 ans d’expériences professionnelles
Le formateur a passé un message aux tuteurs, en charge de l'accompagnement des apprenants : « Mobilier de France a reconnu votre compétence, votre proximité et votre efficacité. Vous êtes les garants de la réussite des apprenants ! Votre mission, c’est d’être un facilitateur, de donner envie, mais aussi d’exiger certains choses. N’oubliez pas toutefois que le collaborateur doit être acteur de sa décision, il doit être lui-même le moteur de l’action de sa réussite ! »
Tous les acteurs du projet sont persuadés que cette première session lancera une dynamique. De son côté, la FNAEM compte développer davantage le CQP concerné : « Notre challenge pour 2023, c'est de couvrir tout le territoire, avec des organismes de formation agréés, pour éviter aux candidats d’avoir à traverser la France », a glissé son président Jean-Charles Vogley. Pour l’instant, cette certification peut être obtenue dans une quinzaine de structures pour l’ameublement, et une douzaine pour la cuisine.

 

Ils l'ont également dit...

ÉPOQUE. « C’est fini le temps où l’on faisait travailler directement les nouveaux vendeurs, sans formation préalable. Ça ne fonctionne plus ! » Claude Pras, formateur chez Batiformation.

AVIS. « Comme pour un restaurant ou un hôtel, les avis Google sont essentiels pour nous aujourd’hui. C’est quelque chose sur lequel nous nous battons chaque jour, mais c’est tout à fait normal pour la jeune génération » Patrice Boccara, dg de Groupement Mobilier de France.

 


marque de l'article :
  • Mobilier de france


article par la rédaction

contactez la rédaction

Restez informé sur les articles correspondants à la marque :

Les commentaires de l'article

laissez le premier commentaire sur cet article
Laissez-nous votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous :
indiquez votre Nom, Prénom ou Pseudo | 50 caractères maximum
adresse email au format xxxx@xxxxx.xx | 75 caractères maximum
* champs requis

à la une du marché mobilier

copyright© 2023 | Site : JCD.web