[ analyse ] En 2021, le secteur du meuble confirme sa réussite !

Lors d’une visioconférence organisée le 15 mars dernier, l’Ameublement français, la FNAEM et l’IPEA ont détaillé les résultats particulièrement positifs de l’année 2021 et envisagé les différentes perspectives, pour une filière où chaque segment a connu une nette progression. Toutefois, certains freins – dont la hausse des prix et les difficultés d’approvisionnement – entraînent une certaine incertitude pour les mois à venir, bien que l’engouement des Français pour leur logement soit de bon augure pour 2022.

publié le Lundi 21 Mars 2022

Précédente Suivante

Après 24 mois de pandémie, les ventes de meubles n’ont jamais été aussi spectaculaires. En 2021, le marché a en effet connu une croissance de +14% pour atteindre 14,5 milliards d’euros. Du jamais vu depuis l’année 2007 où la progression était - « seulement » - de 7%. En comparaison avec les résultats de l’année 2019, considérée comme l’année de référence de par sa normalité, le marché a tout de même progressé de 8,8%.

Cette année est donc particulièrement marquante, dans la mesure où le secteur du meuble franchit, pour la première fois, la barre des quatorze milliards d’euros ! C'est dans cette atmosphère d'optimisme qu’a pu avoir lieu la conférence de presse annuelle, organisée virtuellement par l’Ameublement français, la FNAEM et l’IPEA, en la présence de leur représentant Philippe Moreau, Président de l'Ameublement Français, Patrick Prigent, Président de la FNAEM et Guenhaël Seveno, Président de l'IPEA qui ont pris la parole afin de détailler les chiffres et en expliquer les principales raisons.

Que du positif pour 2021 !

L’IPEA l’avait déjà anticipé lors de sa conférence physique et digitale organisée le 16 décembre dernier : l’année 2021 sera l’année de la « croissance ». Les chiffres définitifs confirment cette affirmation avec, de surcroît, une croissance qui se traduit dans tous les segments de la filière meuble, contrairement à l’an passé où, à l’exception du jardin, les segments affichaient une activité en recul. « On a pu observer en 2021 un phénomène de rattrapage après une année 2020 en retrait suite à la crise sanitaire et à la fermeture des points de vente de produits non essentiels. Les deux confinements de l’année 2020 ont remis le logement au centre de l’attention des ménages français, qui affichent de nombreux projets de travaux et de réaménagement pour leur intérieur. Les ventes de mobilier profitent pleinement en 2021 de cette volonté de remise à neuf. » précise l’institut.

La cuisine reprend sa place de leader

En 2021, la cuisine a connu un engouement certain, se traduisant directement par une croissance de +19,5% par rapport à 2020 (+16% par rapport à 2019). Celle-ci s’explique notamment par la fermeture des brasseries et restaurants et le temps accru passé chez soi, créant ainsi la volonté de réinvestir dans une cuisine équipée. Située derrière le meublant en valeur, elle deviendra peut-être leader dans les mois à venir, « le meublant n’ayant jamais été aussi bas et sur des niveaux de croissance qui ne sont clairement pas en faveur de ce dernier » suppose l’IPEA.

Les canapés et les fauteuils ont la cote

Avec une croissance de +17% par rapport à 2020 (+10% par rapport à 2019), le segment des canapés, fauteuils et banquettes connait un réel succès. Du côté des canapés et des fauteuils, celui-ci est porté par la recherche de confort de la part des Français, qui n’hésitent alors pas à monter en gamme. Les ventes de banquettes ne retrouvent quant à elles par leur niveau de 2019 et figurent en dernière position des intentions d’achat de mobilier selon les enquêtes menées mensuellement par l’IPEA.

Le jardin reste attrayant

Bien qu’il connût la seule croissance en 2020, le marché du jardin a pu néanmoins continuer à profiter de l’attrait des ménages pour leurs espaces extérieurs (jardin, balcon, terrasse…) avec une progression de +14,5% par rapport à 2020 (+19,3% par rapport à 2019). Cette croissance est ainsi plus marquée comparée à l’année de référence, et cela s’explique en raison des facteurs suivants : les restrictions de déplacement du 1er semestre 2021 ont contraint les Français à rester davantage chez eux et leurs investissements se dirigent de plus en plus vers l’achat d’aménagements plus complets tels que des salons et des cuisines d’extérieur, pour faire du jardin une extension de la maison.

La literie rebondit timidement

En enregistrant une hausse de +12,8% par rapport à 2020 (+4,5% par rapport à 2019), la literie connaît une meilleure croissance que l’an dernier, où elle affichait le recul le plus considérable du marché. L’IPEA note par ailleurs que la literie « ne se présente plus comme un des moteurs du marché comme ce fut le cas tout au long des années 2010 ». Alors que de nombreux indicateurs vont dans le sens d’une augmentation du panier moyen, sa croissance reste mitigée, notamment par rapport à l’année de référence.

Les meubles de salle de bain, au cœur du réaménagement de l’habitat

Les meubles de salle de bain connaissent, eux-aussi, une belle ascension de +10% par rapport à 2020 (+5,6% par rapport à 2019) et profitent du réaménagement global de l’habitat souhaité par les ménages. Ces meubles restent toutefois dilués dans les dépenses liées à d’autres éléments tels que la robinetterie, les céramiques, les revêtements, etc. De plus, « la salle de bains est le marché du meuble le plus corrélé́ aux mises en chantier de logements neufs, la reprise timide de l’immobilier qui ne parvient pas à repasser au-dessus des 400 000 unités annuelles mises en chantier n’aura pas non plus favorisé les bonnes performances du segment » note l’IPEA.

Le meublant ferme la marche

Même si celle-ci atteint +9 ,3% par rapport à 2020 (+2,4% par rapport à 2019), la croissance du meuble meublant illustre le manque d’intérêt pour cette catégorie, exceptés pour certains produits comme le dressing ou le bureau, soutenus grâce au développement du télétravail notamment. Comme le précise l’IPEA, « Les ventes de meubles de salon et de chambre à coucher auront progressé́ à des vitesses similaires tout au long de l’année, le meuble d’appoint ne fait pas mieux et seul le mobilier de bureau à destination des ménages parvient à tirer son épingle du jeu ».

Côté distribution, les spécialistes tirent le marché vers le haut

Tout comme l’an passé, les spécialistes ont réalisé de grandes progressions en 2021, qui s’expliquent notamment à travers le désir accru des Français d’investir dans leur logement et de monter en gamme notamment. Alors qu’ils avaient réalisé une croissance à +22,2% en 2020, c’est une augmentation de 24,6% qui figure sur les résultats de 2021.

Les enseignes spécialisées salon et cuisine enregistrent les performances les plus importantes. Les cuisinistes ont en effet réalisé des performances supérieures à 30-35%. Contrairement à la grande distribution, ils répondent aux besoins des clients d’être conseillés et suivis de près et ont, de surcroît, une disponibilité plus avantageuse des stocks. « Si cette position de leader est habituelle chez les spécialistes cuisine, elle est plus inattendue chez les spécialistes salon. Cette belle performance permet à certains d’entre eux de reprendre un peu d’oxygène après plusieurs exercices délicats » précise l’IPEA.

Pour les mêmes raisons citées au-dessus, les enseignes de l’ameublement milieu haut de gamme tirent également leurs épingles du jeu, avec une nette progression de +20% par rapport à 2020 (+12% par rapport à 2019). Le marché est ici notamment tiré par le meuble meublant et le siège rembourré, de plus en plus appréciés pour leur aspect qualitatif.

Les grandes surfaces de bricolage, quant à elles, enregistrent une croissance de leurs ventes de 14% par rapport à 2020 (+17% par rapport à 2019) sur tous les produits meubles notamment. Les meilleures progressions sont enregistrées sur le meuble de jardin, segment pour lequel les grandes surfaces de bricolage demeurent leaders.

Le e-commerce (pure-players) continue sans surprise de développer son chiffre d’affaires en 2021 (+7,1% par rapport à 2020) malgré la réouverture des magasins et l’arrivée d’une concurrence accrue du côté des enseignes de meuble traditionnelles ayant peaufiné leurs solutions alternatives en ligne. L’IPEA précise par ailleurs que « le consommateur continue à privilégier le magasin, même pour les produits pour lesquels ils dépensent peu, comme le jardin par exemple ».

Hors pure-players, la grande distribution ameublement figure en dernière position (+8,6% par rapport à 2020) en raison de nombreux obstacles parus en 2021, tels que les fermetures administratives et les problèmes d’approvisionnement et de stocks rallongeant drastiquement les délais de livraison.


Les tendances et opportunités du secteur de l’ameublement

Marquée par plusieurs confinements et le retour forcé du télétravail, l’année 2021 n’aura pas été de tout repos. Avant même d’envisager un retour à la réalité, la filière meuble a su s’adapter et saisir les opportunités se présentant à elle.

En prenant en compte, dans un premier temps, les nouvelles attentes du consommateur que sont la modularité, la personnalisation et le sur-mesure. « L’industrie 4.0 a été remplacée par l’industrie 5.0, qui replace l’humain au centre des process digitalisés pour répondre à la demande de personnalisation de produits » dévoile Philippe Moreau. À titre d’exemple, le fabricant de meubles Gautier a investi 12M d’€ dans une nouvelle ligne de fabrication consacrée aux meubles à l’unité ainsi que dans un nouveau concept de magasin offrant des solutions personnalisables pour l’optimisation des espaces. Pour apporter des réponses à des besoins de personnalisation très larges, les marchés de la cuisine et de l’ameublement sur mesure convergent de plus en plus, à l’image des nouvelles dénominations des entreprises comme Fournier Habitat, Schmidt Home, Raison Home.

Dans un deuxième temps, le commerce omnicanal monte en puissance avec, d’un côté, l’évolution du parcours client et de l’autre, les nouvelles solutions digitales proposées par les fabricants. Les services « 3D Studio » et « VR Studio » mis en place par Roche Bobois offrent, par exemple, la possibilité de reproduire son futur intérieur avec ses nouveaux meubles et de visualiser le projet d’aménagement en réalité virtuelle. Enfin, l’accès du client au magasin est désormais facilité, avec des ouvertures de magasins en centre-ville mais aussi de nouveaux outils comme les prises en ligne de rendez-vous en magasin, les simulateurs, configurateurs et la multiplication des quicks and drive.

La relation entre le web et le magasin s’intensifiant, les magasins deviennent à présent de vrais lieux d’inspiration et de conseil. Les vendeurs deviennent alors de vrais conseillers et concepteurs en aménagement et décoration et évoluent grâce aux 14 centres de formation supplémentaires lancés mi-2021.

Dernier point évoqué, et non des moindres, a été l’engagement de la filière ameublement en termes de responsabilité environnementales et sociétales. Sensibilité accrue face au Made in France, produits responsables dans le cadre d’enjeux climatiques et d’évolutions environnementales, écoconception reposant sur différents critères, recyclage, achats de seconde-main, réduction de l’emprunte environnementales du côté des distributeurs… tant d’enjeux qui, dans les années à venir, seront de plus en plus plébiscités par les consommateurs et valorisés par les acteurs de la filière meuble qui entreprennent cette démarche depuis de longues années.

À noter, pour conclure, que ce phénomène d’engouement connaît toutefois une certaine limite à replacer dans un contexte d’incertitude lié à la guerre entre la Russie et l’Ukraine. Une déstabilisation du côté des matières premières devrait perdurer dans les mois à venir. « Les deux années de pandémie nous ont offert une certaine agilité, que l’ensemble des filières met aujourd’hui en œuvre pour lutter contre ces tensions » conclut, avec justesse et optimisme, Philippe Moreau.

 


Les vidéos de la conférence organisée le 15 mars dernier par l’Ameublement français, la FNAEM et l’IPEA sont à retrouvées sur notre chaîne YouTube : 

https://www.youtube.com/channel/UC8A-W_KW-QRvfQJxKRNeAoQ


marque de l'article :
  • fnaem


article par la rédaction

contactez la rédaction

Restez informé sur les articles correspondants à la marque :

Les commentaires de l'article

laissez le premier commentaire sur cet article
Laissez-nous votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous :
indiquez votre Nom, Prénom ou Pseudo | 50 caractères maximum
adresse email au format xxxx@xxxxx.xx | 75 caractères maximum
* champs requis

à la une du marché mobilier

copyright© 2022 | Site : JCD.web