La filière meuble demande le déblocage du PEL

Selon la FNAEM et l'UNIFA, cette mesure peu coûteuse permettra de soutenir la consommation et de préserver les 125 000 emplois de la filière meuble en France.

publié le Vendredi 21 Novembre 2014

Précédente Suivante
« Nous ne demandons pas de subventions. Nous souhaitons simplement une mesure qui permette de débloquer le Plan d'Epargne Logement . Depuis 2013, les ouvertures de PEL sont en baisse de 13 %. Il s'est même transformé en produit d'épargne. Nous demandons donc que son affectation puisse en partie concerner l'aménagement de la maison » explique Didier Baumgarten, Président de la FNAEM. Preuve que toute la filière soutien cet appel, l'ensemble des représentants de nombreuses enseignes et marques du marché était présent. Ainsi, à  la même table se sont retrouvés Franck Maassen, Pdg de But, Nadia Bothorel, Directrice Générale Adjointe d'Ikéa France, David Soulard, Directeur général de Gautier, Eric Amourdedieu, Directeur général Roche Bobois et Michel Roset, Président du Groupe Roset.Capter 1 milliards d'euros
Selon les représentants de la FNAEM et de l'UNIFA, si Emmanuel Macron, Ministre de l'Economie, intègre cette mesure dans son projet de loi, cela induirait une augmentation de la consommation de meubles de l'ordre d'1 milliard d'euros, ce qui représente actuellement 12 % du marché total de la filière. Pour appuyer leur demande, les professionnels ont mis en avant les actions mises en place par nos voisins européens et par les Pouvoirs Publics français au début des années 80. A l'époque, l'autorisation accordée aux ménages d'utiliser une partie de leur PEL pour l'achat d'une cuisine avait permis la relance de ce marché. Plus récemment, face à  la crise, L'Italie a mis en place un crédit d'impôt pour l'achat d'ameublement dans le cadre d'une rénovation de l'habitat. La possibilité de déduire 5 000 € sur un chantier de 10 000 € a porté ses fruits. « Cela a effectivement contribué à  atténuer les difficultés de nos magasins. Sur la période de 20 mois, nous avons enregistré une augmentation de 8 % de notre CA en Italie » précise Eric Amourdedieu, Directeur général de Roche Bobois. Même son de cloche chez Ikéa : « Cette mesure a eu des répercussions positives sur notre activité. C'est pourquoi nous soutenons cet appel collectif de la filière française avec le déblocage du PEL ». Si la demande de la filière est retenue et intégrée au projet de loi, une nouvelle phase entrera en vigueur, celle de la communication. « Nous serons bien sà»r dans l'obligation de faire la promotion de l'ameublement pour donner envie aux consommateurs d'utiliser cette mesure » conclut Didier Baumagarten.

marque de l'article :
  • Fnaem


article par la rédaction

contactez la rédaction

Restez informé sur les articles correspondants à la marque :

Les commentaires de l'article

laissez le premier commentaire sur cet article
Laissez-nous votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous :
indiquez votre Nom, Prénom ou Pseudo | 50 caractères maximum
adresse email au format xxxx@xxxxx.xx | 75 caractères maximum
* champs requis

à la une du marché mobilier

copyright© 2022 | Site : JCD.web