[ enseignes ] MDA et SOS Accessoire : le partenariat de deux leader au service l'autoréparation !

MDA avec son site marchand (n°1 des ventes d'électroménager en ligne) et son réseau de proximité de près de 200 magasins en France, et SOS Accessoire (leader européen des services pour l'autoréparation d'électroménager) sont désormais partenaires, autour d'un objectif, celui de la promotion de l'autoréparation. Derrière ces deux entreprises, deux hommes, Michel Vieira, président de MDA Company et Olivier de Montlivault, CEO de SOS Accessoire. Qu'il s'agisse de faciliter la vie de leurs clients, ou de les conseiller et les accompagner, ces deux entrepreneurs sont animés d'un objectif commun : être aux côtés de leurs clients. Désormais, les consommateurs accéderont aux services de SOS Accessoire depuis le site web de MDA pour voir si leur équipement peut être réparé.

publié le Mercredi 16 Mars 2022

Précédente Suivante

SOS Accessoire, leader de l’autoréparation en France d’appareils électroménagers, et MDA, spécialiste de l’équipement de la maison, ont signé un partenariat pour permettre aux clients de MDA de bénéficier directement de l’expertise de SOS Accessoire en matière de réparation des équipements électroménagers. Les services sont ouverts à tous les visiteurs du site de MDA.

Une démarche RSE commune 

Depuis le 1er janvier 2021, l’indice de réparabilité est déployé sur 5 catégories de produits électroménagers et électroniques. Cet outil, prévu par la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, vise une meilleure information du consommateur sur le caractère plus ou moins réparable de ses achats. Si le SAV est de plus en plus largement utilisé par les consommateurs, deux-tiers des appareils en panne sont encore jetés, alors qu'ils pourraient être réparés… … et la moitié ne nécessiterait qu’une opération de maintenance : pas de pièce à changer. Un constat qu'Olivier de Montlivaut a fait dès 2008 lorsqu'il crée SOS Accessoire, le premier site spécialisé qui donne au grand public un accès direct à des milliers de pièces détachées ou consommables d’électroménager, livrées très rapidement. Dans les années qui suivent, l’entreprise lance coup sur coup des services qui élargissent l’accès à la réparation aux non-bricoleurs : l’aide au diagnostic en ligne, les tutos de réparation, l’assistance par des techniciens expérimentés, la réparation en visio, un chatbot H24 - lancé en 2021-, qui oriente les consommateurs vers le bon diagnostic et la bonne solution même aux heures les plus indues…

De son côté, pour Michel Vieira, inclure l'accés à l'autoréparation, c'est offrir aux clients MDA - qui sert ses clients depuis 35 ans -,  le choix entre réparer ou remplacer les appareils en panne. En ajoutant l’autoréparation à son service après-vente, MDA complète ses services à ses clients et leur offre une nouvelle alternative pour prolonger la durée de vie d’un équipement et ainsi faire un geste pour la planète. « Nous voulons laisser le choix à nos clients et leur apporter un service supplémentaire. La politique RSE devient de plus en plus présente dans la stratégie de MDA, c’est pourquoi nous voulons faciliter l’accès à la réparation. De plus à partir de 2022, tous nos produits avec de légères avaries dues au transport ou à la manutention seront revendus dans les points de ventes les plus proches ! L’objectif est de limiter l’empreinte carbone. », explique le président de MDA.

Un site commun

Les clients de MDA bénéficieront également de toute une variété de moyens pour diagnostiquer rapidement et résoudre eux-mêmes leurs pannes : recherche de pièces grâce à des fiches techniques détaillées, des tutoriels pour expliquer comment réparer, ou même des rendez-vous en visio avec un technicien de SOS Accessoire. « Nous voulons faciliter la vie des clients de MDA », explique Olivier de Montlivault, fondateur et dirigeant de SOS Accessoire.

En offrant à la fois un service de recherche de pièces détachées d’origine et leur livraison sous 48h, ainsi qu’un accompagnement en ligne en temps réel pour aider les réparateurs occasionnels, SOS Accessoire permet d’entretenir et de maintenir ses équipements électroménagers en vie le plus longtemps possible. SOS Accessoire va de l’approvisionnement des pièces détachées à une chaîne logistique dédiée, en passant par une variété de moyens pour diagnostiquer rapidement et résoudre soi-même une panne, comme des tutoriels et des rendez-vous en visio avec un technicien expert, en passant par un #chatbot (lancé en 2021), ainsi que des conseils vidéos sur la chaîne #Youtube et sur les réseaux sociaux..

" Réparer, plutôt que surconsommer "

SOS Accessoire entend faciliter la réparation pour tous, de l’expert au débutant, au prix le plus juste. Le credo d’Olivier de Montlivault : « Réparer, au fond, c’est imiter la nature. C’est la consommation à tout-va qui n’est pas naturelle. » La réparation ou l’autoréparation d’appareils électroménagers n’est pas qu’un acte militant, elle est devenue une nécessité souligne Olivier de Montlivault : " plus de deux tiers des appareils en panne sont jetés à tort. En adoptant les bons réflexes, ils pourraient être réparés. Et sur ces deux tiers, la moitié aurait pu être réparée sans pièce détachée : une opération de maintenance aurait suffi." La démarche entre MDA et SOS Accessoire a du sens et s'inscrit dans l’air du temps : 50 millions de tonnes de déchets électroniques sont produites dans le monde chaque année, dont la moitié liée aux équipements électroménagers. La réalité donne raison à ceux qui prennent le temps de réparer : « On ne pense pas assez que l’électroménager peut se réparer. On croit qu’il s’agit d’une commodité. La moitié des pannes réparables ne nécessite même pas de pièce de rechange. Une maintenance suffit. Coût : 0€ » conclut Olivier de Montlivault.

Depuis sa fondation, SOS Accessoire a évité le rejet de l’équivalent de 40 000 t de déchets d’équipements électroménagers, sans compter les économies substantielles réalisées par les consommateurs qui ont choisi de réparer plutôt que de jeter et remplacer. L’entreprise a également permis de prolonger la durée de vie de plus de 2 millions d’appareils tout en divisant les coûts de maintenance et de possession jusqu’à 5 fois.

A propos de MDA - https://www.mda-electromenager.com/fr/

MDA se bat pour défendre le pouvoir d’achat de ses clients depuis 35 ans ! Avec son réseau de proximité près de 200 magasins en France ainsi que son site marchand, MDA propose des prix jusqu'à 30% moins chers sur les plus grandes marques d'électroménager, TV, MultiMédia et Literie, ainsi que des services exclusifs tels que la possibilité de payer jusqu’en 30 fois sans frais, un accueil personnalisé, des conseils adaptés…

ÉTUDE SOS ACCESSOIRE :

Les consommateurs qui réparent eux-mêmes : le pouvoir d’achat d’abord !

En septembre 2021, SOS Accessoire a dévoilé les résultats d’une enquête menée par Toluna-Harris Interactive, qui montre une évolution spectaculaire des mentalités en France en matière d’autoréparation d’équipements électroménagers. Les Français sont de plus en plus nombreux à réparer leur électroménager eux-mêmes. Quand leurs appareils ménagers tombent en panne, 50% des Français s’occupent des réparations eux-mêmes. Et ils en sont fiers !

Même si ces consommateurs réparent eux-mêmes leurs appareils autant pour des raisons économiques qu’écologiques La réparation est désormais l’attitude prévalente face à une panne. Sur l’ensemble des personnes interrogées par Toluna-Harris Interactive pour SOS Accessoire et qui ont été confrontées à une panne, la moitié d’entre elles, 50%, ont déclaré avoir réparé leur équipement elles-mêmes : elles constituent, de loin, la majorité. Par comparaison, 23% ont fait appel à un réparateur ou à un service payant entre particuliers. Mais pour 86% des « autoréparateurs », réparer soi-même est avant tout « un moyen de faire des économies » juste avant l’argument écologique. (De manière paradoxale, 83% de ceux qui n’ont rien réparé admettent qu’il s’agit d’une « action responsable et écologique, qui réduit la quantité de déchets » : c’est même la première vertu qu’ils lui reconnaissent, l’argument économique suit juste après ! À rapprocher des 86 % des Français qui déclaraient dans un récent sondage OpinionWay vouloir « probablement » ou « certainement » prendre en compte l’indice de réparabilité d’un équipement dans leur achat.)

Le pouvoir d’achat est la préoccupation centrale. Pour les frais engagés, ceux ayant assuré eux-mêmes leur réparation l’évaluent à moins de 30€ dans 47% des cas (et plus de 150€ dans 4% des cas). A comparer au prix de la réparation par un tiers rémunéré ou un professionnel : de 70 à 150€ dans 45% des cas (et plus de 150€ dans 15% des cas). 31,5% des autoréparateurs n’ont même pas eu besoin d’acheter de pièce détachée : une simple maintenance a suffi.

Le fait de réparer crée des sentiments positifs. Même si 48% déclarent avoir « vécu du stress » et avoir eu « peur de ne pas y arriver », 86% se sentent « heureux d’avoir effectué la réparation sans l’aide d’un professionnel » et 85% pensaient même « avoir été efficaces ». Surtout, 83% en ont ressenti « une vraie fierté ».

Pour 82% des personnes interrogées, l’autoréparation est un acte écologiquement responsable, qui réduit le gaspillage, évite la mise au rebut d’équipements qui fonctionneront encore – longtemps ? – moyennant une petite intervention. Pour 78% d’entre elles, c’est aussi une façon de s’inscrire à contre-courant d’une société de consommation forcée.

Généralement, pour trouver l’origine de la panne, l’autodiagnostic est facile à réaliser disent les autoréparateurs. Bien souvent, ilsuffit de regarder l’appareil ou d’en démonter une partie. Certains ont demandé l’aide d’un proche. D’autres se sont tournés vers des informations en ligne, fiches techniques ou forums. 47% regardent des tutos sur Internet.

Les Français doivent avoir conscience qu’on peut désormais réparer facilement soi-même ses appareils en panne. « Il faut continuer à être pédagogue et ancrer la notion de réparabilité. Différentes actions gouvernementales, comme l’indice de réparabilité de l’Ademe, y contribuent. Il faut aussi que les consommateurs soient accompagnés par du soutien concret, pratique, comme celui qu’ils peuvent trouver sur notre site : du diagnostic à la réception de pièce détachée, en passant par les tutoriels et l’accompagnement en visio-conférence par nos techniciens », explique Olivier de Montlivault.

 

(Méthodologie : cette enquête a été effectuée auprès d’utilisateurs d’électroménager en France pour comprendre leurs motivations à réparer ou faire réparer leurs équipements et les obstacles qu’ils ont pu rencontrer. Les répondants devaient répondre à des questions sur le coût, le temps passé, l’efficacité, le sentiment et les impressions qu’ils avaient eus lorsqu’ils s’étaient occupés de la réparation eux-mêmes. Etude menée sur un panel Toluna-Harris Interactive entre le 16 et le 21 juillet 2021, auprès de 1322 personnes de 18 ans et plus dont 51 % d’hommes et 49 % de femmes, représentatifs de la population française dont 909 répondants (451 ont dit avoir effectué une autoréparation, 208 ont confié la réparation à un tiers rémunéré). Méthode des quotas INSEE, échantillon trié par tranche d’âge et de sexe.)


marque de l'article :
  • Mda


article par la rédaction

contactez la rédaction

Restez informé sur les articles correspondants à la marque :

Les commentaires de l'article

laissez le premier commentaire sur cet article
Laissez-nous votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous :
indiquez votre Nom, Prénom ou Pseudo | 50 caractères maximum
adresse email au format xxxx@xxxxx.xx | 75 caractères maximum
* champs requis

à la une du marché blanc brun

copyright© 2022 | Site : JCD.web