[ federations ] L’Alliance du commerce et Procos se félicitent que la composition de l’Indice des Loyers Commerciaux ait été modifiée ce jour par décret du Gouvernement.

L’Alliance du commerce et Procos saluent la modification de l’indexation des Loyers commerciaux, une première étape vers un plan « Commerce » dès le début du prochain quinquennat. Cette décision politique concernant l’Indice des Loyers Commerciaux est le résultat d’une prise de conscience intervenue lors des Assises du commerce. Ces échanges ont permis de faire émerger la nécessité de mettre en œuvre un plan d’action ambitieux pour que le commerce puisse affronter les défis nombreux auxquels ses acteurs sont confrontés.

publié le Mardi 15 Mars 2022

Précédente Suivante

L’Alliance du Commerce et Procos saluent l’engagement, aux côtés du commerce, des Ministres Bruno Le Maire et Jean-Baptiste Lemoyne et de leurs équipes permettant d’aboutir à une solution qui, si elle ne résout pas toutes les difficultés, va limiter l’augmentation automatique des loyers des commerçants dans les prochaines années.

Malgré tout, l’Alliance du Commerce et Procos regrettent que lors des discussions préalables, les représentants des bailleurs aient refusé tout accord permettant de réduire le niveau d’indexation des loyers dès le début de l’année 2022, alors que la situation économique des commerçants continue d’être très dégradée du fait de la baisse de la consommation des ménages.

Les deux organisations regrettent également que, malgré un fort engagement de l’Etat, les discussions n’aient pas abouti non plus sur la mensualisation des loyers et la diminution des dépôts de garantie. Ces mesures auraient contribué à alléger la trésorerie des commerçants leur permettant d’accélérer leurs investissements indispensables et urgents de transformation digitale et écologique.

Demande d'un " Plan Commerce 2030 "

Cette décision politique concernant l’Indice des Loyers Commerciaux est le résultat d’une prise de conscience intervenue lors des Assises du commerce. Ces échanges ont permis de faire émerger la nécessité de mettre en œuvre un plan d’action ambitieux pour que le commerce puisse affronter les défis nombreux auxquels ses acteurs sont confrontés. Le calendrier politique n’a pas permis de tirer toutes les conséquences des diagnostics partagés et propositions émises lors de ces Assises. Les organisations en appellent donc maintenant à tous les candidat(e)s à l’élection présidentielle pour qu’une seconde phase soit mise en place dès le début du quinquennat.

Elle devra aboutir à la mise en place d’un « plan Commerce 2030 » accompagné de mesures concrètes. La problématique des loyers est apparue comme l’un des axes prioritaires de travail. La recherche d’un nouvel équilibre entre bailleurs et commerçants qui permette d’adapter les coûts locatifs à la réalité économique du commerce omnicanal est l’une des conditions de réussite d’un plan Commerce efficace.

Pour contribuer au succès de ce plan, l’Alliance du commerce et Procos ont publié en février dernier un livre blanc à destination des candidat(e)s à l’élection présidentielle autour de 22 propositions pour transformer le commerce.

« Nous nous félicitons de la modification de l’indexation automatique des loyers commerciaux. C’est une première étape importante après la réunion des Assises du Commerce ! Le Gouvernement prend conscience que le Commerce est un secteur stratégique qui doit être accompagné et soutenu au même titre que le secteur industriel » souligne Emmanuel Le Roch, Délégué général de Procos.

« Nous comptons maintenant sur le ou la prochain(e)Président(e) de la République pour mettre en place un véritable plan d’action en faveur du Commerce afin de conforter son rôle majeur dans l’emploi local, l’animation des territoires et la vie quotidienne des français » souligne Yohann Petiot, Directeur général de l’Alliance du Commerce.

Le livre blanc pour l’élection présidentielle 2022 de l’Alliance du Commerce et de Procos « 22 propositions pour transformer le commerce » est à télécharger sur le site de l’Alliance du Commerce : https://www.alliancecommerce.org/

Pour prendre connaissance de la totalité du Livre Blanc et le télécharger, ci-après : Livre_Blanc_Procos_Alliance_du_Commerce_Prsidentielle_2022.pdf

Explications du Livre blanc " 22 propositions pour transformer le commerce"

Ce livre blanc rappelle la situation actuelle et les enjeux qui se présentent au secteur et aux commerçants, mais aussi aux villes et au prochain gouvernement :

- Des enjeux d’emploi local en priorité, le commerce est le plus gros employeur privé de France, devant l’industrie avec plus de trois millions de salariés.

- Des enjeux de forme de commerce demain et de liens entre celui-ci et les villes et territoires. Le contexte concurrentiel actuel de la consommation et du commerce n’est plus celui d’hier. Les concurrents d’aujourd’hui et de demain ne sont pas obligatoirement présents territorialement dans la zone de chalandise, voire même sur le territoire français : grandes plateformes internationales, réseaux sociaux… sont autant d’acteurs qui donnent accès aux produits sans être présents physiquement dans le territoire. Il faut bien comprendre que nous avons changé de dimension et, qu’en conséquence, il faut modifier le prisme et l’échelle des raisonnements pour comprendre ce qui peut se passer.

- Des enjeux de « décommercialisation » possible de certains territoires si l’on n’investit pas assez massivement et assez vite et ceci pas seulement dans la ruralité ou les villes moyennes mais également dans des territoires métropolitains, comme nous l’avons connu par le passé en manière de désindustrialisation. C’est aujourd’hui possible ! Si les conditions d’exploitation locale ne sont pas réunies (fiscalité, coûts immobiliers …) d’autres modes de vente et d’autres stratégies d’entreprises pourront être privilégiés avec des enjeux d’emplois local, d’animation territoriale et d’aménagement.

Et dans ce cas, quel secteur viendra se substituer au commerce pour créer des emplois locaux pour les habitants comme a pu partiellement le faire le commerce lorsque l’industrie a disparu de certains territoires ? Il faut donc multiplier par deux la capacité actuelle d’investissement des enseignes et commerçants en passant de 2 % du chiffre d’affaires par an à 4 % minimum et le faire vite. Il en va de l’avenir de nombreux commerces pour s’adapter vite aux transformations digitales et responsables.

Malgré tous les autres sujets internationaux, guerre en Ukraine, ou nationaux (réindustrialisation…), le commerce doit être considéré comme une priorité pour le prochain quinquennat.

Il est impératif :

- Que le(a) prochain(e) président(e) fasse, dès la campagne, la preuve de son engagement et de sa compréhension des enjeux que représente le commerce et de son engagement en faveur de ce secteur central pour la société de demain. - Que le prochain gouvernement fasse la preuve de cet engagement à travers un ministre du commerce de plein exercice.

- Que des moyens d’actions sont mis en place à la hauteur des enjeux du secteur dès le début du quinquennat ;

- Que tous les commerces, quelle que soit leur taille et leur localisation soient pris en compte dans un plan commerce 2030 volontariste.

- Que le plan commerce s’appuie sur les nombreux leaders français du retail pour soutenir la forte présence internationale de la France dans ce secteur. La France est fière de ses acteurs industriels, elle devrait l’être également de ses enseignes dont beaucoup sont des leaders européens voire mondiaux dans tous les secteurs du commerce non alimentaire. Quelques exemples : Décathlon, Leroy Merlin, Etam, Yves Rocher, Fnac-Darty, …

Reprenons quelques-unes mesures du Livre Blanc :

1. Augmenter les capacités de financement des entreprises à la sortie de la crise.

2. Baisser les impôts de production qui pèsent sur le magasin (TASCOM – 1 Mds€).

3. Soutenir l’investissement dans la transformation digitale et écologique (de 11 à 22 Mds€).

4. Rééquilibrer les relations entre les locataires et les bailleurs pour diminuer les coûts immobiliers et sauver le commerce physique.

5. Développer un grand plan national de modernisation de toutes les zones de commerce avec l’appui des 1 000 managers et d’un fonds de modernisation.

6. Permettre aux commerces d’adapter leurs horaires d’ouverture aux modes de vie des français.

7. Soutenir l’emploi par le développement de la formation et de l’alternance et promouvoir la diversité des métiers du Commerce.

8. Assurer l’accès aux lieux de commerce (études d’impact préalables sur les clients et les livraisons) lors de la mise en place des restrictions de circulation et de stationnement dans les villes.
 

En savoir plus sur Procos : https://www.procos.org/


marque de l'article :
  • Alliance du commerce


article par la rédaction

contactez la rédaction

Restez informé sur les articles correspondants à la marque :

Les commentaires de l'article

laissez le premier commentaire sur cet article
Laissez-nous votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous :
indiquez votre Nom, Prénom ou Pseudo | 50 caractères maximum
adresse email au format xxxx@xxxxx.xx | 75 caractères maximum
* champs requis

à la une du marché blanc brun

copyright© 2022 | Site : JCD.web